Enduro d’Aure #2

Petit débriefing de mon 3ème enduro, le premier ayant été l’Enduro d’Aure de l’an dernier… Au programme cette année, du réchauffé de l’an dernier, et du nouveau : soit des anciens chemins réouverts, soit du carrément tracé pour l’occaze !

Le départ de la première liaison s’est fait du col d’Aspin comme l’an passé, en direction de la Hourquette d’Ancizan, une centaine de D+. Ça grimpe fort d’entrée puis ça suit le flanc de la montagne tranquillement, sur un merveilleux single. Je me goure de piste en suivant naïvement une paire de gars, 5 minutes de perdues qui me font arriver juste 1 minute avant mon départ de première spéciale.

 

SP1: Un désastre… À peine le Kway rangé (inutile de tout le week-end !) et la caméra déclenchée ça part dans une sapinière sur un single bien fuyant en dévers. En sortant je me trompe de trace et perd 3 minutes à me resituer. ça serpente dans les bois et débouche sur un chemin plus large, de quoi envoyer du gros gaz. Faux plat montant bien casse pattes et ça repart. Virage plat dans les feuilles mortes, je m’en colle une. Je m’arrête ensuite pour baisser la selle et une branche vient me choper les rayons en repartant. A peine remis, grosse racine humide en travers, re boum dans les choux. Pour terminer c’était du single rapide et étroit, avec quelques épingles raidasses et serrées, passées “à la main”. Arrivée au fond de la vallée, gros dénivelé d’entrée de jeu quoi. Résultat : 90ème (sur 150) en 00:19:05. un désastre vous disais-je…
Remontée par Ancizan, puis la route de la Hourquette d’Ancizan pour finir avec la meme liaison 2 que l’an dernier. 700m de D+ !

SP2 : la même que l’an dernier en moins humide, un merveilleux single qui tournicote, avec une adhérence de dingue. 35ème en 00:04:19, ma meilleure perf du week-end.

Remontée à nouveau par la même route de la Hourquette, après un bon ravito à base de produits locaux et de redbull…

SP3 : Du single en terre fuyante, étroit et raide, un peu bordélique par endroit, pour enchainer avec la fin de la spéciale 3 de l’an dernier. 43ème en 00:08:35 pour moi.

Encore cette route de la Hourquette pour remonter, mais plus rapide, pliée en 25minutes

SP4: la même que l’an dernier, des épingles serrées, du raide et technique…44ème en 00:04:36.

Pour le dimanche matin, départ dans l’ordre du classement de la veille, histoire de suivre un mec censé être plus rapide que soi et limiter les bouchons. Départ de l’ultime liaison au Parking d’Espiaube, pour atteindre le Col du Portet en 1h40 pour 700m de D+. pour beaucoup ça a été juste…

SP5 : l’ultime, annoncée comme plus longue que les 4 précédentes cumulées, pour 1600m de D-, entrecoupée de pédalage et portage

SP5

SP5

sur 100m de D+. Ça part dans le brouillard sur du sentier à vaches, en ornière pas dangereuse, mais pas bien large non plus. Adhérence au top, humide sans être collant. Rapide jusqu’à atteindre la crête qui surplombe Saint-Lary, suivie de pédalage en montée légère mais bien casse-pattes. La partie suivante a fait le tri entre ceux qui avaient une caisse d’enfer et les autres. 15 minutes de portage dans les rochers, épuisant à finir à bout de souffle. Ça redémarre avec du single tout neuf, raide et technique à souhait, pour terminer par un GR genre Luchon, une merveille. 56ème en 00:46:25(!).

Au final, un enduro globalement plus dur que l’an passé, tant en technique en spéciale qu’en endurance en liaison. Le terminer dans les temps et sans casse/blessure est déjà une performance en soi. au scratch du week-end, je fais 50ème en 01:23:00, sur 150 concurrents au total, dont pas mal d’abandons (une trentaine).

Résultats complets

Vidéos des spéciales

Merci à Hervé Fitte-Rey pour les photos

Pas de commentaire Permalink